Chroniques

Je ne t’oublie pas

Par Sébastien Didier

Ma lecture, mon avis…

Le roman de Sébastien Didier est l’un de ceux qui nous faut un chapitre pour que l’on soit captivé à 110 % dans l’histoire. Une fois que cela est fait, il nous est toutefois peu aisé de s’en départir. Où que l’on soit se livre nous interpelle. Personne ne peut rester insensible à la trame générale du récit, un homme dont la femme est portée disparue dans d’étranges circonstances.

Sébastien a choisi les mots justes pour nous faire ressentir toute la douleur qu’éprouvent ceux laissés derrière. Tout au long de ma lecture, j’ai pu remarquer tout le travail de sélection des mots de l’auteur.

L’auteur, son extrait :

《Elle eut la force de lever les yeux vers son geôlier et de le fixer. Lors de ses premières semaines de captivité, ces pupilles-là s’exprimaient encore. « Pourquoi moi ? », « J’ai une famille », « Qu’ai-je fait ? », pouvait-on y lire. Mais plus maintenant. Non, désormais, on ne devinait même plus quelle couleur avaient un jour reflétée ces yeux. Aujourd’hui, ils étaient juste éteints, sombres. Noirs comme le charbon de l’enfer. « C’est bientôt fini », lui dit-il.》

Je ne sais pas pour vous, mais moi, le livre que je lis dépend de mon état d’esprit du moment. J’ai été agréablement surprise de voir que le roman de Sébastien Didier me convenait, peu importe dans quel état d’esprit je me suis trouvée.

Je ne peux passer sous silence le personnage de Lisa. Une adolescente dont la mère est portée disparue et dont son père ne passe pas à autre chose. Dans ma tête, je l’aurais giflée maintes fois tant certaines de ses réactions m’ont exaspéré.

La couverture est ce qui m’a attirée vers ce roman. Elle est à couper le souffle. Elle dit tant et peu à la fois.

Un roman autoédité qui vaut son pesant d’or. Si vous ne l’avez toujours pas lu, qu’attendez-vous ?

Quatrième de couverture

Une disparition inexpliquée, un passé impossible à effacer… Le cauchemar ne fait que commencer. Un seul SMS aura suffi à faire basculer la vie de Marc Vasseur. Un SMS de rupture. Mais pourquoi sa femme quitterait-t-elle du jour au lendemain une famille et une vie en tous points idylliques ? L’enquête piétine. Et ce ne sont pas les voisins des Vasseur à Bellevue Park qui la feront avancer. Dans ce luxueux lotissement privé, discrétion et silence ont été érigés en art de vivre.

Trois mois après la disparition de Sandra, Marc reçoit un message accompagné d’une photo. Celle d’une jeune fille qu’il n’a jamais vue mais qui arbore un médaillon. Ce bijou, il le reconnaît, il en est sûr, c’est celui que portait Sandra. Celui qu’elle ne quittait jamais. Que fait-il au cou de cette inconnue ? A-t-elle un lien avec la disparition de sa femme ? Marc lance alors ses dernières forces à la recherche de cette fille. Et c’est un voyage au plus profond de la noirceur de l’âme humaine qui l’attend.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s